Poésiques




Hymne à la perfection paradoxale

Parmi les innombrables courants
ainsi qu’à travers tous les flots de l’espace mouvant,
il y a là quelque chose, quelque douce intensité,
émanant des profondeurs de ses gestes ;
une étrange et à la fois intime volupté
n’interrompant la tendre caresse de ses regards
qu’afin de laisser filtrer des chants cristallins, éclatants de rires aux hasards…

Cette chose, ici et là, se pose et entend.
Elle écoute l’appel du miracle à lui-même.
Et continuellement, de ses doigts fermes et délicats, elle sème.
Semant à touts vents, le cœur débordant d’espoir,
le nectar vivifiant d’un paradis omniprésent…

Sa nature est un don, une offrande en elle-même, cadeau mutuel et perpétuel
qui se reflète et se redessine au fond de l’être qui aime, l’être sublime…

Scintillant de félicité, chacun de ses mouvements amples et infimes
fait naître une danse de couleurs et de lumières
sur la toile infinie du grand peintre de l’univers…

Il y a là, au creux de toi et moi, plus qu’il n’en faut de cette précieuse chose
pour bâtir un empire de bonheur, de douceur et de joie ;
autant que nécessaire pour nourrir une rose chaque soir
et savourer chaque matin le parfum de son mystère…

fin juillet 2010 au rainbow européen en Finlande


Thank you this illusion


Splendeur des profondeurs où l’existence rayonne de toute sa candeur.
Une vie intense que j’arrache au monde,
obnubilé par les milliards d’étoiles qui naissent à chaque seconde.
Pluie de sensations étranges, sulfureuses et inéluctables…
A fleur de peau, un délire infini m’envahit d’une joie instable.
On raconte des légendes de cataclysmes en suspens
où les cristaux résonnent comme des échos de l’instant présent.
La neige ne fond plus au soleil ; l’océan fait l’amour avec un volcan…
Mes larmes éclateront de rire au réveil
et toutes les merveilles de la Terre me prouveront que je jouis d’être vivant!

la nuit du 8 au 9 mai 2006, Bakenbos


The heart and the shadows


Their glow, blending in a melting swirl of fragrant whispers.
Catatonic blisters unfirling to lasting memories, expellent remedies… and so on. Touchy phase of yours, mystic disks erased, remembered in ember flashlights. Together at once, in the meantime seasons,
the extravagant undermining of the old times’ good shapes.
Remember kid, do you feel it through?
Under the sky bright and blue.
Trusting infinite waters melting again your savage soul
in a bath of blissful delicacies.
Ever entertwining destinies, everlasting
and still journeying accross landscapes revealed.
None of this, nervetheless, seemingly reluctantly meaningless.
Objective’s undone, unfolding under your very eyes.
It’s ok. Done and gone. Absolutely fine…
Find yourself back, and keep clear.
You owe it to yourself.
And they need your radiance.
22nd of Feb 2018


Souvenirs de la caresse


Je me remémore cette danse nocturne où l’on marchait ensemble,
ce chemin gravissant des montagnes éclatantes,
serpentant parmi des feux follets joueurs,
nourrissant notre soif de ravissements
par de multiples touches savoureuses à faire lâcher nos pudeurs.
Arrivés à l’aube de notre joyeuse errance,
une nappe étincelante de poussières safran embaumait la vallée verdoyante.
Une eau vive et d’un bleu sombre s’y écoule toujours de plus belle ;
ses rires nous éclaboussaient de ci de là,
ricochets vivifiants aux parfums féeriques valsant entre nos regards croisés,
enchantés de malice, captivés par de si délicats délices.
Ô tendre rêve infusant mes secondes à t’observer respirer près de moi.
Au fond de moi, gisant infiniment tranquille,
la perle solaire de mon souffle vital s’irradia de mille feux,
douceur ardente se ravivant à ton contact,
l’ambroisie passionnée autant que stellaire.
C’est la demeure où je te retrouverai toujours,
cocon primal, château abritant nos enfances,
jardins nourriciers où l’on repose dans l’amour l’un de l’autre.
De là s’envolent nos songes d’espoir
comme des fleurs vermeilles emportées par les alizés
ensemençant le monde trop noir de poudre magique,
de parcelles éternelles d’un paradis s’immisçant entre deux instants,
entre deux pensées, dans un souffle coupé…
où les dernières lueurs du jour croisent l’avènement des étoiles
en un geste sans âge.
La mélopée des tréfonds de l’espace en émane,
spirale naissante puis s’éteignant à nouveau sans cesse
en une mystérieuse caresse.

le 1er août 2021 au concert de Dévayani, Brenac FR


Tchotné Siirha

Touknaïas Sirapino Etno makchet missnano paraté apilasu mashné iramo,
danse mon amour, mon cercueil de cristal se pourfend au lever du jour.
Watnisaéyo iterishéta maïken i soré patna patou et paché patisérayo.
Et toi qui danse, étoile qui dans ce lot de pierres brisées
chantonne encore la muse à retrouver.
Toile vibrante itssée de mes aventures éprouvées, que je batte, au coeur ardent,
illuminant mes eaux troubles, soignant, soignant, soignant…
Pahaa Tiyo… Pahaa tiyohoo… Watni masiruku waté…
Wana yanguru weshno weshno Sibaa Arowé.
Apitini yo haé, ashi asha assé… Maé, Maïturi é toké arama.
Wharrroo, Wharrrooo, wharrhoo…

O ti Pommier, le 4 août 2023


L’appel du Cantique

Approche, pèlerin..
Sache écouter, au plus secret de toi-même,
les chants de baptême qui inondent ton cœur d’enfant ;
leur liberté vibrante qui recouvre ses forêts de sable doré et de papillons joueurs…

Franchis les cercles du sanctuaire, toi, le passager de la lumière..
Centre-toi sur leurs espaces abondants de sérénité et de courses folles..
balayant les vents échevelés et recueillant en un silence.. toute parole…

Viens à moi, naufragé du mouvement universel des êtres..
Ressens le rythme apaisé de sa respiration se frayant un hymne de douceur..
à travers un monde mutant d’enivrantes torpeurs…

Approche encore, jouet favori du hasard..
Que ta perception immédiate irradie le prisme voilé de vastes déboires..
qu’elle le galvanise, en recueille l’essence
et t’insuffle le premier baiser de ta renaissance…

Touche-moi à présent, arpenteur coloré.. en quête d’étoiles d’art à contempler.
Inspire la saveur florale qui rayonne et traverse ma peau en une liqueur de cristal.
Caresse l’invisible nectar perlé de pétales sucrés
répandus sur les ondes sensibles de mes formes sacrées.

Qu’en ce temple quantique, ton aspiration absolue,
redevenue.. simple candeur mystique, se fonde et s’accorde enfin..
ne formant plus qu’un unique et harmonieux enchantement divin.…

les 16 et 17 mai 2009 à l’Arche de la Borie Noble (FR)